En mai, mange ce qui te plaît !

Le mois de mai a vu commencer un nouveau projet de sensibilisation au goût dans les écoles maternelles des quartiers prioritaires de Saint-Paul. C’est l’occasion de prendre le temps de découvrir les fruits, les légumes, les grains locaux et de saison !

Pour commencer, cette semaine, on a :

  • exploré l’odeur et le son de la coco séchée,
  • expérimenté la maturité des avocats au toucher,
  • découvert (et goûté pour les intrépides) le kaki
  • récolté les graines de ces kakis pour les planter
  • reconnu pour certains le fruit à pain
  • dégusté une fleur de capucine
  • savouré un pitaya…

Ces ateliers d’une demie-heure avec une douzaine d’enfants permettent de cheminer avec eux dans l’exploration des aliments et vers leur appréciation (finalement c’est « un peu bon quand même » 🙂 !).  Car l’éducation au goût c’est un procédé de longue haleine, que j’ai voulu illustrer avec l’exemple de la betterave… A vos réactions !

éducation au goût betterave

Un fruit miraculeux… pour les diabétiques !

Il s’appelle vraiment comme cela : le fruit miracle. Je l’ai découvert il y a un an sur le terrain agricole d’amis, à Saint-André. Et il est magique !

Il n’y a pas que moi qui le dis, les diététiciens du CHU Sud que j’ai formés cette semaine à l’éducation au goût sont bluffés et vantent le potentiel de ce fruit pour améliorer le plaisir alimentaire de leurs patients.

Le fruit miracle transforme l’acide en sucré

Ce fruit, Synsepalum dulcificum, a pour effet de supprimer les sensations de l’acidité et de l’amertume et de les remplacer par une perception sucrée.

Cette « illusion gustative » est activée par l’acidité de l’aliment, donc fonctionne très bien sur le citron, la tomate ou le yaourt. J’ai également testé sur la bière, le vinaigre ou encore la moutarde, mais l’application culinaire est moins intéressante !

Fruit miracle Synsepalum dulcificum

Il vous suffit de manger un fruit (moins d’un gramme frais) pour percevoir votre yaourt nature ou votre eau citronnée avec une saveur sucrée intense, mais sans les calories !

Vous comprenez maintenant pourquoi les diététiciens du service Diabétologie du CHU ont sauté au plafond !

Un arbuste qui ressemble au café

Synsepalum dulcificum est un petit arbre de la famille de Sapotacées, poussant en milieu tropical et originaire d’Afrique de l’Ouest.

D’après Wikipédia, sa croissance est lente, mais il peut atteindre 6 mètres. Ses petites fleurs blanches donnent naissance à de très nombreux fruits  longs de 2 à 3 cm, mûrs d’octobre à avril (voire plus tard pour le spécimen que je connais). Leur pulpe blanche et acidulée contient une seule graine1.

Synsepalum dulcificum seeds fruit

Pour les jardiniers réunionnais, sans vouloir faire du publicité (ou du moins sans toucher de commissions), vous trouverez de jeunes plants à Fermes et Jardins.

La miraculine fait de l’ombre à l’aspartame

La pulpe du fruit miracle contient une glycoprotéine nommée miraculine, qui recouvre les papilles gustatives, neutralisant l’acidité de tout autre aliment. Sa liaison aux bourgeons gustatifs de la langue est bien plus tenace que celle des édulcorants, d’où une permanence de l’effet pendant 30 à 60 minutes.

Pourquoi n’est elle pas plus connue ? Encore une triste histoire de lobby… Dans les années 70, un entrepreneur américain  a tenté de commercialiser la miraculine lyophilisée (Miralin©). Mais la FDA l’a bloqué, arguant que les tests de non toxicité n’étaient pas irréprochables, et a autorisé à la même période l’aspartame, cancérigène…

Vers une nouvelle mode ?

Au Japon, les médecins le prescrivent pour diminuer les effets indésirables de la chimiothérapie sur la gustation. Il est également utilisé par quelques chefs aux États-Unis !

Pas sûre qu’on en vende l’année prochaine sur les étals des marchés ou dans les pharmacies… Mais je compte faire déguster cette curiosité aux intéressés, qui ne manquent jamais de récupérer la graine pour la semer chez eux !

N’hésitez pas à me faire un retour si vous en connaissez des pieds !

Mon projet pour l’île…

Vous connaissez #MonProjetPourLaPlanète ?

Afin d’associer directement les Français aux actions sur le climat [et de nous donner l’impression d’avoir une oreille du gouvernement…], Nicolas Hulot a lancé cet appel à projet participatif, doté de trois millions d’euros.

Les citoyens sont invités à proposer des projets dans les domaines de l’énergie, de l’économie circulaire et de la biodiversité.

Les projets sont désormais déposés et sélectionnés. L’étape du VOTE CITOYEN vient de démarrer, jusqu’au 11 mai. Vous pouvez voter pour autant de projets que vous le souhaitez (inscription via Facebook, Google ou un compte). Mais n’oubliez pas de VOTER pour le projet de l’ALIE : Jardin et Serre Pédagogique d’Endémiques dans les hauts de l’île de La Réunion ! 

Un projet pour l’île

Goût Nature est associé à ce projet, ayant déjà réalisé des animations dans ce jardin en novembre 2017 : construction et aménagement d’un hôtel à insectes, atelier sur les associations de plantes, bouturage d’aromatiques.

Il s’agit d’un grand jardin au cœur du quartier de Bois de Nèfles à Saint-Denis, support d’un chantier d’insertion et d’activités pédagogiques dans le cadre scolaire. atelier environnement jardin hôtel à insectes La RéunionGoût Nature interviendrait pour créer, tester puis transférer des ateliers environnement et biodiversité. Ces ateliers seront adaptés au climat tropical, espèces locales et aux spécificités réunionnaises, car bien souvent on trouve des ateliers de jardinage intéressants, mais centrés sur les jardins tempérés. Ils seront ponctués de jeux et d’activités de plantation, d’aménagement ou encore d’expériences sensorielles du jardin.

Les animations, activités, outils et supports spécifiques créés à cette occasion pourront bien sûr être redéployés ensuite sur toute l’île !

Merci d’avance pour vos votes ! <3 !

Santé et alimentation, enjeux réunionnais

Les Assises des Outre-Mer ont rendu leur rapport sur la première phase, qui questionnait les priorités des ultramarins (7806 répondants, dont 1540 Réunionnais). La première chose qui apparaît c’est que les départements et collectivités d’Outre-Mer sont assez disparates en termes de priorités et de besoins : on ne pourra peut-être plus les traiter ensemble pour les nouveaux textes de lois. La seconde, ce sont les priorités données en relation à la santé :

Priorités concernant la santé en Outre-MerLa Réunion se détache des autres DOM en priorisant non pas l’accès aux soins (qui me semble de grande qualité ici) mais la prévention, notamment des maladies comme l’obésité et le diabète. Continuer la lecture de « Santé et alimentation, enjeux réunionnais »

Patrimoine cultivé réunionnais 

Ce week-end, c’est les Journées du Patrimoine dans les musées et dans les jardins. Le thème de cette année, c’est Jeunesse et Patrimoine.

À cette occasion, Goût Nature sera au Jardin de Paulo (Tour des Roches, Saint-Paul) pour animer un jeu sensoriel autour du patrimoine végétal de l’île de La Réunion. Continuer la lecture de « Patrimoine cultivé réunionnais  »

Les 10 fonctions d’un jardin potager

Forte de mes visites et rencontres à La Réunion, en métropole et au Québec, j’ai voulu lister les différentes fonctions d’un jardin. Continuer la lecture de « Les 10 fonctions d’un jardin potager »

La légende urbaine des fauteuils en bouchons de bouteilles

Depuis quelque temps, ayant emménagé dans une nouvelle commune et avec quelqu’un qui me se pose beaucoup de questions, je me trouve souvent bloquée face aux poubelles, mon déchet à la main, ne sachant que faire…

Heureusement, une amie lance un site Internet participatif, Kel Poubelle, pour résoudre ces grands dilemmes de la vie quotidienne. Je vais aujourd’hui faire ma part, explorant la grande légende urbaine du fauteuil handicapé en bouchons de bouteilles recyclées. Continuer la lecture de « La légende urbaine des fauteuils en bouchons de bouteilles »

Monts et merveilles

Voilà déjà quinze jours que nous avons contemplé une merveille de la nature : l’éclipse annulaire du 1er septembre. Ce fut long (1h30 aller et 1h30 retour), progressif mais époustouflant.

Outre l’anneau de feu resté pendant moins d’une minute, le plus frappant était la faible lumière (comme un crépuscule mais sans les teintes rouges-orangées) et la baisse de température (11°C perdus au soleil) qui nous as valu de passer petit à petit du maillot de bain au pull !

Voici une photo d’un photographe réunionnais (Stéphane MOSER), sélectionnée par la NASA comme « Astronomy Picture of the Day« .
eclipsestephanemoser

Manger responsable… une mince affaire ?

Pour bien commencer cette année, je fais toujours de bonnes résolutions !

– Alors, bon, qu’est-ce-qu’on fait en 2016, Cortex ??

– La même chose que tous les ans Minus, tenter de sauver le monde !!

Et là, je suis désolée, c’est encore nous qui allons devoir faire le sale boulot ! Ouais, parce que la COP 21, c’est comme après un conseil de coloc… Tout le monde a dit qu’il allait faire un effort, pis en fait, ben c’est toujours les mêmes qui font la vaisselle.

En substance, ils ont dit qu’il allaient essayer de se maintenir en-dessous de 2°C d’augmentation d’ici à 2100, et 1,5°C si possible !  Le même si possible que pour le footing hebdomadaire…

Avant 2100, 2016 donc… année de… la fournaise, avec de nouveaux records de température. Comme les gouvernements ont piscine, on bouge pour notre planète, pour notre île, pour notre famille, pour notre santé ! Rassurez-vous, ou pas, je serai là toute l’année pour vous rappeler vos bonnes résolutions. On commence avec…

la RÉSOLUTION “je mange responsable”

CE LUNDI MATIN, j’ai petit-déjeuné Nutella sans huile de palme (“noisette” pour ne pas la citer ou encore mieux Nocciatella bio !) et miel local, plutôt qu’un miel importé, sans doute frelaté s’il ne vient pas d’Union Européenne. Mieux que ça encore, je mange la confiture de ma maman ou le miel d’un ami apiculteur, c’est toujours meilleur !

DEMAIN MIDI (MARDI) je tourne ma langue sept fois dans ma bouche avant de commander un américain, ou une salade épaule, ou un sauté mine poulet : j’ai vraiment envie de la “viande” qu’il y a là-dedans, si on peut appeler ça viande ? Je préfère pas un plat végétarien, quitte à me faire une entrecôte la prochaine fois que je vais dans un bon resto ?

MERCREDI, au supermarché, je réfléchis deux secondes au bilan carbone de ce pack de Perrier ou de San-Pellegrino, je le repose discrètement et prends de la Cilaos à la place. Pour les hommes, remplacez Perrier par Stella Artois, San Pellegrino par Budweiser et achetez Dodo ou Fischer.

JEUDI en rentrant chez moi, je me baisse pour ramasser les mangues carottes dans le chemin pour m’en faire un smoothie plutôt que de payer les yeux de la tête un truc même pas frais. Pour les hommes, remplacez mangues carottes par fruits à pain et smoothie par frites.

VENDREDI, jour du poisson, je me limite en bichiques, camarons, pangasus et autres poissons surgelés, je consulte le site http://www.oukilepoisson.com/ et je vais acheter mon poisson au marché, d’autant que le poissonnier du petit camion m’explique comment cuisiner le truc bizarre même pas congélé ni pané que je viens d’acheter.

SAMEDI, c’est journée des courses. Je vais à la Vie Claire dépenser la moitié de mon salaire en aliments bio… Mouais, OU ALORS je m’inscris à La Ruche qui dit Oui (au Chaudron, Saint-André, La Saline et Saint-Leu), au Karo à La Possession ou à d’autres systèmes de paniers de produits locaux et bio. Cela me permet aussi de rencontrer les autres clients le soir de la distribution !

DIMANCHE, je fais le marché (du Chaudron) et j’achète Péi. Je fais attention aux carottes sans fanes, à l’ail et aux oignons souvent importés, même sur le marché. Ça me donne une bonne notion de la saisonnalité des fruits et légumes, qui sont en plus plus frais et moins cher qu’en supermarché.