Noël sobre, Acte 2

Je m’étais déjà impliquée pour un Noël sobre, avec moins d’achats et d’impact environnemental en 2016.

Cette année, il y a bien sûr le défi Rien de Neuf lancé par ZéroWasteFrance, mais il y a surtout le dynamisme des Réunionnais bloqués fin novembre pour échanger entre-eux des jouets de 2e main ! Continuer la lecture de « Noël sobre, Acte 2 »

10 jours pour changer votre rapport à l’alimentation !

Ça paraît un slogan publicitaire pour un nouveau régime… Non, c’est mon constat suite à 10 jours de blocages à La Réunion, depuis le 17 novembre.

Je vous partageais il y a six semaines un avis pertinent à mes yeux sur la nécessaire revalorisation de l’alimentation pour limiter le gaspillage alimentaire. Cette prise de conscience sur la valeur de l’alimentation et de la connaissance des producteurs, elle peut se faire par l’éducation alimentaire. Certes. Mais elle se fait aujourd’hui à La Réunion par voie de conséquence de grandes difficultés d’approvisionnement de toute la population. Continuer la lecture de « 10 jours pour changer votre rapport à l’alimentation ! »

Un geste simple et vraiment efficace…

Oui, oui, prendre des douches plus courtes, faire du covoiturage, installer un chauffe-eau solaire, trouver une AMAP… tout ça c’est bien, ça protège la planète limite mon empreinte, mais bon, j’ai pas le temps, c’est compliqué ! Enfin je vais m’y mettre, c’est sûr !

Alors on attend quoi ? La fonte des glaces 😉 LOL !

Je sais qu’il y a plein d’injonctions culpablisatrices, notamment en cette semaine européenne de réduction des déchets…

Mais je voudrais vous demander un tout petit quelque chose… Une minute de votre temps s’il vous plaît ! Mais avec un réel impact sur notre production de déchets… et qui vous libérera du monde consumériste (oui, rien que ça !).

Je veux parler des prospectus dans les boîtes aux lettres. Continuer la lecture de « Un geste simple et vraiment efficace… »

Tutoriel – Réparer ses tongs

Suite à mon article contre la fast fashion, je me devais de réparer mes tongs / savates / tatanes… Ce sont hélas des savates de marque (Hawaïanas) qui me plaisent car leur semelle est légèrement surélevée à l’arrière et très moelleuse, et mon dos aime.

Hélas, les deux tiges avant ont cassé l’une après l’autre, m’occasionnant un retour « pat a ter »… J’ai testé la réparation en fil de fer, mais vous conseille une meilleure version, à vis, en partageant l’article du blog Bachiboozook…

Utilisez des vis fines, pour ne pas griffer vos orteils, et si vous n’avez plus la rondelle d’origine, utilisez un joint plein de robinet, en bricolage (15×5).

Il semblerait que les tiges cassent car les savates sont un poil trop grandes, donc profitez-en pour réduire un peu la hauteur de la sangle !

Les tongs chaussent nos pieds été comme hiver aujourd’hui, à l’intérieur, à l’extérieur mais ne sont pas durables pour la plupart d’entre elles. Problème, la lanière qui se coince entre les doigts de pieds cèdent. 1 tong foutue, la paire jetée comme des millions d’autres. Ne les jetez plus, réparez-les! Cas typique, mais réparation facile! […]

via Réparer ses tongs — BachiBoozook

Accueillir les insectes au jardin

C’est les vacances !
Saint-Denis propose des bons plans vacances à 1€ par enfant en juillet.
Dans ce cadre, Goût Nature propose des ateliers du goût, de jardinage, mais aussi trois ateliers sur les insectes, le 18, le 24 et le 27 juillet. Ce sont des ateliers de 2h durant lesquels les enfants fabriqueront un hôtel à insectes pour les abeilles solitaires…

Deux heures d’exploration, de discussion… et de bricolage !

Testé en novembre 2017 à la Serre Pédagogique de Bois de Nèfles, l’atelier Hôtel à Insectes permet aux enfants d’explorer le jardin ou la cour à la recherche de petites bêtes, armés de loupes et d’un carnet à croquis.
S’en suit une discussion sur les caractéristiques des insectes qu’ils ont trouvés et sur leur utilité au jardin. Enfin, dans la version collective, nous aménageons tous ensemble un grand hôtel à insectes, l’occasion aux enfants de se mettre au bricolage, secondés par un adulte !

Hotel à insectes Gout Nature La RéunionPour la reproduction des insectes auxiliaires

Si La Réunion ne comporte pas d’hiver rigoureux durant lequel les insectes ont besoin de s’abriter, ceux-ci ont tout de même besoin de créer des nids pour se reproduire, ce qui est possible dans l’hôtel à insectes, aménagé pour différents types d’insectes visés : chrysopes, xylocopes (= mouche charbon), abeilles solitaires, syrphes, coccinelles…

Aidons les abeilles !

Dans la version individuelle, proposée pour les Bons Plans Vacances à Saint-Denis, les enfants vont créer et ramener chez eux un nichoir à abeilles solitaires, version simplifiée du modèle présenté dans cette vidéo. Si vous êtes en Europe, vous pouvez commander, sinon, voici un tutoriel pour en fabriquer un et attendre que les abeilles viennent d’elles-mêmes.

Actuellement, les abeilles domestiques sont en grandes difficultés, du fait de l’usage des insecticides, des pulvérisations contre la dengue et du virus du varroa.
Pour une bonne pollinisation dans votre jardin, vous pouvez mettre en place une ruche, ou plus simplement inviter ces abeilles inoffensives et indépendantes !

Que vous ayez un balcon ou un grand jardin, il est intéressant d’aménager des havres de biodiversité pour accueillir les pollinisateurs et auxiliaires de vos plantes.

En mai, mange ce qui te plaît !

Le mois de mai a vu commencer un nouveau projet de sensibilisation au goût dans les écoles maternelles des quartiers prioritaires de Saint-Paul. C’est l’occasion de prendre le temps de découvrir les fruits, les légumes, les grains locaux et de saison !

Pour commencer, cette semaine, on a :

  • exploré l’odeur et le son de la coco séchée,
  • expérimenté la maturité des avocats au toucher,
  • découvert (et goûté pour les intrépides) le kaki
  • récolté les graines de ces kakis pour les planter
  • reconnu pour certains le fruit à pain
  • dégusté une fleur de capucine
  • savouré un pitaya…

Ces ateliers d’une demie-heure avec une douzaine d’enfants permettent de cheminer avec eux dans l’exploration des aliments et vers leur appréciation (finalement c’est « un peu bon quand même » 🙂 !).  Car l’éducation au goût c’est un procédé de longue haleine, que j’ai voulu illustrer avec l’exemple de la betterave… A vos réactions !

éducation au goût betterave

Un fruit miraculeux… pour les diabétiques !

Il s’appelle vraiment comme cela : le fruit miracle. Je l’ai découvert il y a un an sur le terrain agricole d’amis, à Saint-André. Et il est magique !

Il n’y a pas que moi qui le dis, les diététiciens du CHU Sud que j’ai formés cette semaine à l’éducation au goût sont bluffés et vantent le potentiel de ce fruit pour améliorer le plaisir alimentaire de leurs patients.

Le fruit miracle transforme l’acide en sucré

Ce fruit, Synsepalum dulcificum, a pour effet de supprimer les sensations de l’acidité et de l’amertume et de les remplacer par une perception sucrée.

Cette « illusion gustative » est activée par l’acidité de l’aliment, donc fonctionne très bien sur le citron, la tomate ou le yaourt. J’ai également testé sur la bière, le vinaigre ou encore la moutarde, mais l’application culinaire est moins intéressante !

Fruit miracle Synsepalum dulcificum

Il vous suffit de manger un fruit (moins d’un gramme frais) pour percevoir votre yaourt nature ou votre eau citronnée avec une saveur sucrée intense, mais sans les calories !

Vous comprenez maintenant pourquoi les diététiciens du service Diabétologie du CHU ont sauté au plafond !

Un arbuste qui ressemble au café

Synsepalum dulcificum est un petit arbre de la famille de Sapotacées, poussant en milieu tropical et originaire d’Afrique de l’Ouest.

D’après Wikipédia, sa croissance est lente, mais il peut atteindre 6 mètres. Ses petites fleurs blanches donnent naissance à de très nombreux fruits  longs de 2 à 3 cm, mûrs d’octobre à avril (voire plus tard pour le spécimen que je connais). Leur pulpe blanche et acidulée contient une seule graine1.

Synsepalum dulcificum seeds fruit

Pour les jardiniers réunionnais, sans vouloir faire du publicité (ou du moins sans toucher de commissions), vous trouverez de jeunes plants à Fermes et Jardins.

La miraculine fait de l’ombre à l’aspartame

La pulpe du fruit miracle contient une glycoprotéine nommée miraculine, qui recouvre les papilles gustatives, neutralisant l’acidité de tout autre aliment. Sa liaison aux bourgeons gustatifs de la langue est bien plus tenace que celle des édulcorants, d’où une permanence de l’effet pendant 30 à 60 minutes.

Pourquoi n’est elle pas plus connue ? Encore une triste histoire de lobby… Dans les années 70, un entrepreneur américain  a tenté de commercialiser la miraculine lyophilisée (Miralin©). Mais la FDA l’a bloqué, arguant que les tests de non toxicité n’étaient pas irréprochables, et a autorisé à la même période l’aspartame, cancérigène…

Vers une nouvelle mode ?

Au Japon, les médecins le prescrivent pour diminuer les effets indésirables de la chimiothérapie sur la gustation. Il est également utilisé par quelques chefs aux États-Unis !

Pas sûre qu’on en vende l’année prochaine sur les étals des marchés ou dans les pharmacies… Mais je compte faire déguster cette curiosité aux intéressés, qui ne manquent jamais de récupérer la graine pour la semer chez eux !

N’hésitez pas à me faire un retour si vous en connaissez des pieds !

Mon projet pour l’île…

Vous connaissez #MonProjetPourLaPlanète ?

Afin d’associer directement les Français aux actions sur le climat [et de nous donner l’impression d’avoir une oreille du gouvernement…], Nicolas Hulot a lancé cet appel à projet participatif, doté de trois millions d’euros.

Les citoyens sont invités à proposer des projets dans les domaines de l’énergie, de l’économie circulaire et de la biodiversité.

Les projets sont désormais déposés et sélectionnés. L’étape du VOTE CITOYEN vient de démarrer, jusqu’au 11 mai. Vous pouvez voter pour autant de projets que vous le souhaitez (inscription via Facebook, Google ou un compte). Mais n’oubliez pas de VOTER pour le projet de l’ALIE : Jardin et Serre Pédagogique d’Endémiques dans les hauts de l’île de La Réunion ! 

Un projet pour l’île

Goût Nature est associé à ce projet, ayant déjà réalisé des animations dans ce jardin en novembre 2017 : construction et aménagement d’un hôtel à insectes, atelier sur les associations de plantes, bouturage d’aromatiques.

Il s’agit d’un grand jardin au cœur du quartier de Bois de Nèfles à Saint-Denis, support d’un chantier d’insertion et d’activités pédagogiques dans le cadre scolaire. atelier environnement jardin hôtel à insectes La RéunionGoût Nature interviendrait pour créer, tester puis transférer des ateliers environnement et biodiversité. Ces ateliers seront adaptés au climat tropical, espèces locales et aux spécificités réunionnaises, car bien souvent on trouve des ateliers de jardinage intéressants, mais centrés sur les jardins tempérés. Ils seront ponctués de jeux et d’activités de plantation, d’aménagement ou encore d’expériences sensorielles du jardin.

Les animations, activités, outils et supports spécifiques créés à cette occasion pourront bien sûr être redéployés ensuite sur toute l’île !

Merci d’avance pour vos votes ! <3 !

Santé et alimentation, enjeux réunionnais

Les Assises des Outre-Mer ont rendu leur rapport sur la première phase, qui questionnait les priorités des ultramarins (7806 répondants, dont 1540 Réunionnais). La première chose qui apparaît c’est que les départements et collectivités d’Outre-Mer sont assez disparates en termes de priorités et de besoins : on ne pourra peut-être plus les traiter ensemble pour les nouveaux textes de lois. La seconde, ce sont les priorités données en relation à la santé :

Priorités concernant la santé en Outre-MerLa Réunion se détache des autres DOM en priorisant non pas l’accès aux soins (qui me semble de grande qualité ici) mais la prévention, notamment des maladies comme l’obésité et le diabète. Continuer la lecture de « Santé et alimentation, enjeux réunionnais »