Nouvelle monnaie pour un nouveau monde !

Ce titre fait penser à une mauvaise émission sur M6, mais pourtant c’est pas quelque chose qui sera présenté sur un média mainstream : la Ğ1.

Prononcée June, c’est une monnaie libre créée par des geeks français, sur la base de théorie relative de la monnaie. Elle fonctionne comme un S.E.L. : système d’échange local et permet d’échanger des biens ou des services, mais à travers le monde, sur une base numérique décentralisée (block chain).

C’est le Jour 1, celui qu’on retient

Aujourd’hui, c’est la rentrée scolaire, mais c’est également ma première prestation facturée en Ğ1 ! J’ai animé un atelier bouturage, que j’avais proposé sur Gchange, « le bon coin » des junistes. Et je vais donc pouvoir me payer un cours de Yoga avec Laurane, qui propose de payer en Ğ1. J’avais déjà eu ma première transaction en novembre en troquant des plantes. Et si vous me cherchez ou si vous voulez m’envoyer des Ğ1 (en échange de ce blog par exemple), c’est ici !

Vous avez un incroyable talent

Ça vous intéresse ? Bien souvent, pour troquer ou s’inscrire à un S.E.L, on est confronté⋅e⋅s au syndrome de l’imposteur : moi, je ne peux rien faire payer, je ne sais rien faire ?! Ben si, bien sûr :

  • un transfert aéroport
  • une heure de baby-sitting
  • un cours d’anglais ou de créole
  • une initiation à la lactofermentation
  • le prêt de votre barbecue ou de votre perçeuse
  • etc.

Revenu universel

La june est bien différente du Bitcoin et autres cryptomonnaies, car elle est construite de manière à ne pas pouvoir être accumulée : si vous ne la faites pas circuler, elle perd de sa valeur. Cette valeur est augmentée tous les 6 mois, pour compenser l’avantage des vieux utilisateurs sur les nouveaux inscrits. Car oui, il pourrait y avoir un avantage, car une fois que vous êtes membre certifié (5 personnes vous ont vu en vrai et vous ont acheté ou vendu quelque chose), vous percevez un Dividende Universel DU (10,23 Ğ1 actuellement). Du coup c’est différent d’une monnaie locale, car par construction elle vise à une inflation, plus elle sera âgée (bientôt 4 ans) et partagée. Ici on ne fait pas tourner la planche à billets, on co-produit de la june, avec nos p’tites mains, nos jardins, nos biens…

Elle est sans doute complémentaire des monnaies locales, dont ici Monnaie Péi en construction. Je pourrai sans doute vous en reparler : pour l’instant je suis très novice, mais je peux déjà vous proposer quelques services sur Gchange !!

Meilleurs vœux chers jardiniers !

Voici les conseils de M. Potier pour les travaux en ce début d’année.

Calendrier de culture La Réunion Janvier

Vous retrouverez toutes les autres pages mensuelles à la rubrique Calendrier.

Parés ? Réparez !

L’année dernière, je vous avais partagé une idée de cadeau écolo, zéro déchet. Cette année, rebelote, je vous en parle maintenant, pour vous éviter la panique du samedi après-midi de décembre…

C’est plus personnel cette fois, puisque j’y a mis la main à la pâte… À vous de mettre la main à poche 😉 !

Cette idée de jeu collaboratif m’intéresse doublement : j’aime beaucoup les jeux où tous les joueurs coopèrent plutôt que sont en compétition. Vous connaissez peut-être : Pandémie, Galérapagos, Hanabi, etc…

Et aussi car je suis secrétaire de l’association Ekopratik, qui organise notamment les Réparalis !

Ce beau projet est l’occasion d’expérimenter la démarche agile, la sociocratie (élection sans candidat, gestion par consentement…) et de tester une fabrication totalement locale. Les cartes Ressources sont imprimées sur des surplus de cartons, la pochette est faite en bâches récupérées, nous allons tenter une découpe laser dans un fablab !

Ça vous intéresse ? Alors soutenez-nous sur la plateforme de financement participatif PocPoc, et faites tourner l’info !

Ce jeu collaboratif s’adresse aux plus de 10 ou 12 ans, notamment aux grands enfants, d’ici ou d’ailleurs. Nous livrons en métropole, ou vendons le jeu en version numérique à-monter-soi-même (mais c’est moins pénible qu’un lit de fakir Ikea, promis !).

Les personnes qui ont fait avancer Paré Réparé, premier jeu collaboratif de La Réunion
Merci d’avance !!

Actions au jardin en fin d’année

La saison sèche est peut-être encore longue, peut-être derrière nous… On se dépêche de semer dans les Bas les cultures qui n’aiment pas trop la chaleur (radis, carottes). C’est aussi le bon moment pour semer le bissap ou karkadé, qui a une photopériode adaptée aux jours longs. Toutes les infos sur le bissap en vidéo avec Shani.

Calendrier de culture La Réunion Octobre Novembre Décembre
Époque des semis et des travaux de jardinage dans les différentes parties de l’île par M. Potier, directeur du jardin colonial. Extrait d’un livre de Joseph Orne, 1914.

Permaculture et agroforesterie tropicales

Comme promis, je vous cause un peu plus de permaculture ici, deux mois après ma formation en conception en permaculture (PDC).

Chers métropolitains, je le sais, on vous rebat les oreilles avec la Ferme du Bec Hélouin, de la butte de culture, des fruitiers à 1000m d’altitude en Autriche et de la spirale aromatique.

Bon, tant mieux que la permaculture soit médiatisée, mais moi, j’avais soif d’applications tropicales ! A PermaKiltir Réunion, où je me suis formée, je savais que j’allais trouver des réponses adaptées, puisqu’ils sont également à La Possession (donc en grosse galère d’eau) et parce que les connaissances de Rémy Malet viennent d’Australie et de La Réunion, et pas de Métropole !

Aujourd’hui, je voudrais aborder mon inspiration du moment.

L’agroforesterie tropicale

L’agroforesterie est un système qu’on pourrait dater d’avant l’agriculture. Du moins l’agriculture de plein champ généralisée en Europe. L’agroforesterie tropicale, c’est le biomimétisme de la forêt tropicale, qu’elle soit humide ou semi-sèche. Il s’agit d’observer comment se crée et fonctionne une forêt pour tenter ensuite de rapprocher au minimum sa ferme d’une forêt. Ou plutôt pour laisser pousser une forêt qui soit la plus nourricière possible.

Continuer la lecture de « Permaculture et agroforesterie tropicales »

Les sens masqués

Bon, voilà, cela prend une dimension politique tout cela. Ou du moins un positionnement est nécessaire. Le mien en tous cas.

https://i0.wp.com/img.lemde.fr/2019/03/26/0/0/580/200/600/0/75/0/db242f7_el90lqVe7e6DugmC7CXPjOR7.jpg?w=840&ssl=1

Mais comment en est-on arrivés là ? Je voudrais vous partager mon dernier semestre professionnel et la façon dont les mesures mises en place contre le Covid ont affecté, affectent et affecteront mon activité professionnelle, et notamment l’éducation sensorielle.

Continuer la lecture de « Les sens masqués »

Août : le mois de la rouroute ;-) !

Voici le calendrier de culture pour La Réunion en août-septembre.
Puisqu’on nous berce de « seconde vague »… anticipons et semons nos oignons !

Pour ma part, j’ai récolté hier 2kg de rouroute, en gardant quelques rhizomes pour qui voudrait.

Retrouvez toutes les actions culturales mois par mois dans goutnature.re/tag/calendrier

Pour une ville comestible

… la mienne, en premier lieu !

Ce matin, un homme a cueilli la papaye mûre de la semaine sur le pied que j’ai planté sur le trottoir devant chez moi il y un an.

J’ai pas osé l’apostropher, car je crois qu’il aurait pu se sentir coupable. Je voulais juste lui dire « bonne dégustation, et n’oubliez pas de resemer les graines » !

Depuis le confinement, l’enjeu majeur pour moi c’est la VILLE COMESTIBLE. J’habite en éco-quartier (Cœur de ville de La Possession) avec de jolis espaces verts pleins d’endémiques. Eh bien je peux vous dire que mon pied de papaye fait bien davantage parler de lui, quand j’écoute les passants !

Continuer la lecture de « Pour une ville comestible »

Que faire au jardin en juin-juillet ?

Nous voilà installés dans la saison sèche. Des pluies erratiques voire complètement absentes donc l’arrosage est souvent nécessaire, en mettant également en place un paillage.
C’est aussi la saison fraîche qui s’installe, avec moins de chaleur, idéal pour les légumes tempérés (laitues, radis…) et moins de ravageurs (notamment les **** mouches). C’est donc un temps de semis, mais aussi de certaines récoltes !

Époque des semis et des travaux de jardinage dans les différentes parties de l’île par M. Potier, directeur du jardin colonial. Extrait d’un livre de Joseph Orne, 1914.

Reprendre en pédalant…

Mauvaise nouvelle ! Le déconfinement est effectif, le gazole à moins d’1€ et tout le monde de retour dans sa voiture… Tous ? Peut-être pas ! Une communauté d’irréductibles cyclistes résiste encore et toujours aux véhicules polluants…

Bonne nouvelle ! L’État dans le cadre du déconfinement promeut (enfin !) les déplacements à vélo (parce que trop de parisiens sont tentés tous les jours de lécher les barres métalliques du métro). Ainsi, vous pouvez bénéficier d’une aide de 50€ pour faire réparer ou remettre à neuf votre vélo. Tous les renseignements sont ici, sur le site d’Alvéole Continuer la lecture de « Reprendre en pédalant… »