Un fruit miraculeux… pour les diabétiques !

Il s’appelle vraiment comme cela : le fruit miracle. Je l’ai découvert il y a un an sur le terrain agricole d’amis, à Saint-André. Et il est magique !

Il n’y a pas que moi qui le dis, les diététiciens du CHU Sud que j’ai formés cette semaine à l’éducation au goût sont bluffés et vantent le potentiel de ce fruit pour améliorer le plaisir alimentaire de leurs patients.

Le fruit miracle transforme l’acide en sucré

Ce fruit, Synsepalum dulcificum, a pour effet de supprimer les sensations de l’acidité et de l’amertume et de les remplacer par une perception sucrée.

Cette « illusion gustative » est activée par l’acidité de l’aliment, donc fonctionne très bien sur le citron, la tomate ou le yaourt. J’ai également testé sur la bière, le vinaigre ou encore la moutarde, mais l’application culinaire est moins intéressante !

Fruit miracle Synsepalum dulcificum

Il vous suffit de manger un fruit (moins d’un gramme frais) pour percevoir votre yaourt nature ou votre eau citronnée avec une saveur sucrée intense, mais sans les calories !

Vous comprenez maintenant pourquoi les diététiciens du service Diabétologie du CHU ont sauté au plafond !

Un arbuste qui ressemble au café

Synsepalum dulcificum est un petit arbre de la famille de Sapotacées, poussant en milieu tropical et originaire d’Afrique de l’Ouest.

D’après Wikipédia, sa croissance est lente, mais il peut atteindre 6 mètres. Ses petites fleurs blanches donnent naissance à de très nombreux fruits  longs de 2 à 3 cm, mûrs d’octobre à avril (voire plus tard pour le spécimen que je connais). Leur pulpe blanche et acidulée contient une seule graine1.

Synsepalum dulcificum seeds fruit

Pour les jardiniers réunionnais, sans vouloir faire du publicité (ou du moins sans toucher de commissions), vous trouverez de jeunes plants à Fermes et Jardins.

La miraculine fait de l’ombre à l’aspartame

La pulpe du fruit miracle contient une glycoprotéine nommée miraculine, qui recouvre les papilles gustatives, neutralisant l’acidité de tout autre aliment. Sa liaison aux bourgeons gustatifs de la langue est bien plus tenace que celle des édulcorants, d’où une permanence de l’effet pendant 30 à 60 minutes.

Pourquoi n’est elle pas plus connue ? Encore une triste histoire de lobby… Dans les années 70, un entrepreneur américain  a tenté de commercialiser la miraculine lyophilisée (Miralin©). Mais la FDA l’a bloqué, arguant que les tests de non toxicité n’étaient pas irréprochables, et a autorisé à la même période l’aspartame, cancérigène…

Vers une nouvelle mode ?

Au Japon, les médecins le prescrivent pour diminuer les effets indésirables de la chimiothérapie sur la gustation. Il est également utilisé par quelques chefs aux États-Unis !

Pas sûre qu’on en vende l’année prochaine sur les étals des marchés ou dans les pharmacies… Mais je compte faire déguster cette curiosité aux intéressés, qui ne manquent jamais de récupérer la graine pour la semer chez eux !

N’hésitez pas à me faire un retour si vous en connaissez des pieds !

Laisser un commentaire