Noël sobre, Acte 2

Je m’étais déjà impliquée pour un Noël sobre, avec moins d’achats et d’impact environnemental en 2016.

Cette année, il y a bien sûr le défi Rien de Neuf lancé par ZéroWasteFrance, mais il y a surtout le dynamisme des Réunionnais bloqués fin novembre pour échanger entre-eux des jouets de 2e main ! Continuer la lecture de « Noël sobre, Acte 2 »

Un geste simple et vraiment efficace…

Oui, oui, prendre des douches plus courtes, faire du covoiturage, installer un chauffe-eau solaire, trouver une AMAP… tout ça c’est bien, ça protège la planète limite mon empreinte, mais bon, j’ai pas le temps, c’est compliqué ! Enfin je vais m’y mettre, c’est sûr !

Alors on attend quoi ? La fonte des glaces 😉 LOL !

Je sais qu’il y a plein d’injonctions culpablisatrices, notamment en cette semaine européenne de réduction des déchets…

Mais je voudrais vous demander un tout petit quelque chose… Une minute de votre temps s’il vous plaît ! Mais avec un réel impact sur notre production de déchets… et qui vous libérera du monde consumériste (oui, rien que ça !).

Je veux parler des prospectus dans les boîtes aux lettres. Continuer la lecture de « Un geste simple et vraiment efficace… »

Aliments ultratransformés et ultrapolluants

Dans la chronique précédente, je vous présentais quelques éléments sur les aliments ultratransformés et leur impact sanitaire. Pour rappel, ils correspondent à la dernière catégorie de la classification Nova, que je résume ici :

  1. Aliments frais ou peu transformés : fruits, légumes, légumineuses, pâtes, farine, noix… Ce sont des aliments frais, séchés, congelés ou fermentés sans l’ajout de gras, de sucre ni de sel.

  2. Ingrédients culinaires transformés : sucre, beurre, sel, huile… Ce sont des aliments qui rentrent dans la compositions des plats cuisinés à la maison.

  3. Aliments transformés : viandes séchées et salées, pains, fromages, conserves… On les utilise dans la préparation culinaire de plats traditionnels et on les mange à table, en famille.

  4. Produits ultra-transformés : Kinder, Oreo, Kellogs, Vache qui rit, Monster Munch, Coca-Cola, Haribo, Magnum, CapriSonne… Ce sont avant tout des produits, très markétés. Leur liste d’ingrédients est très longue et en comporte certains sans usage alimentaire.

La semaine dernière, j’évoquais la mondialisation des aliments ultra-transformés, mais en proportions variables entre chaque pays. Voici un diagramme pour l’Europe, qui nous montre que la France s’en sort – pour le moment – pas trop mal. Nous partageons ce privilège avec les autres pays de culture méditerranéenne.

nova ultraprocessed ultratransformé europe diet regime

La science a déjà démontré un lien entre la consommation répétée d’aliments ultratransformés et l’obésité, le cancer et autres… Mais quel est leur effet sur l’environnement ? Continuer la lecture de « Aliments ultratransformés et ultrapolluants »

Redonner de la valeur à l’alimentation pour réduire le gaspillage alimentaire !

Le 16 octobre est la journée de lutte contre le gaspillage alimentaire.
Bouillabaisse, pain perdu, omelette, il y a plein de façons de moins gaspiller nos aliments… Et l’éducation alimentaire est primordiale pour cela !

Une vision de sociologue pour étayer

Je partage la proposition sociologique par rapport au gaspillage alimentaire d’Eric BIRLOUEZ. Il est ingénieur agronome (AgroParisTech), Expert en Histoire et Sociologie de l’alimentation, Consultant, Enseignant-formateur, Auteur et Conférencier.

Continuer la lecture de « Redonner de la valeur à l’alimentation pour réduire le gaspillage alimentaire ! »

Le plastique parfait est celui qui n’est pas produit !

Aujourd’hui 15 septembre, c’est le World Clean Up day ! Une journée pour nettoyer collectivement un espace naturel près de chez vous. Et constater avec horreur la quantité de déchets dans les milieux naturels ainsi que leur résistance à la dégradation, notamment pour le plastique…

Mais s’il pleut ou que vous avez prévu autre chose, pourquoi ne pas prendre aujourd’hui un engagement pour réduire votre utilisation de plastique ? Continuer la lecture de « Le plastique parfait est celui qui n’est pas produit ! »

Tutoriel – Réparer ses tongs

Suite à mon article contre la fast fashion, je me devais de réparer mes tongs / savates / tatanes… Ce sont hélas des savates de marque (Hawaïanas) qui me plaisent car leur semelle est légèrement surélevée à l’arrière et très moelleuse, et mon dos aime.

Hélas, les deux tiges avant ont cassé l’une après l’autre, m’occasionnant un retour « pat a ter »… J’ai testé la réparation en fil de fer, mais vous conseille une meilleure version, à vis, en partageant l’article du blog Bachiboozook…

Utilisez des vis fines, pour ne pas griffer vos orteils, et si vous n’avez plus la rondelle d’origine, utilisez un joint plein de robinet, en bricolage (15×5).

Il semblerait que les tiges cassent car les savates sont un poil trop grandes, donc profitez-en pour réduire un peu la hauteur de la sangle !

Les tongs chaussent nos pieds été comme hiver aujourd’hui, à l’intérieur, à l’extérieur mais ne sont pas durables pour la plupart d’entre elles. Problème, la lanière qui se coince entre les doigts de pieds cèdent. 1 tong foutue, la paire jetée comme des millions d’autres. Ne les jetez plus, réparez-les! Cas typique, mais réparation facile! […]

via Réparer ses tongs — BachiBoozook

10 plantes à fleurs pour attirer les papillons

Mon article sur l’hôtel à insectes n’est pas complet puisque j’ai omis au moins les Papillons. C’est que je souhaitais leur consacrer un plein article !

Article lui-même incomplet puisqu’il  concerne seulement les papillons de jour – ou Rhopalocères, si vous voulez briller en Garden Party – et quelques sphinx. De plus, j’ai sélectionné les espèces assez communes sur l’île, acclimatées à La Réunion qui sont prisées par les papillons (se nourrissant du nectar des fleurs) ou leurs chenilles (se nourrissant de leurs feuilles).

Butterflies’ top ten :

Continuer la lecture de « 10 plantes à fleurs pour attirer les papillons »

Accueillir les insectes au jardin

C’est les vacances !
Saint-Denis propose des bons plans vacances à 1€ par enfant en juillet.
Dans ce cadre, Goût Nature propose des ateliers du goût, de jardinage, mais aussi trois ateliers sur les insectes, le 18, le 24 et le 27 juillet. Ce sont des ateliers de 2h durant lesquels les enfants fabriqueront un hôtel à insectes pour les abeilles solitaires…

Deux heures d’exploration, de discussion… et de bricolage !

Testé en novembre 2017 à la Serre Pédagogique de Bois de Nèfles, l’atelier Hôtel à Insectes permet aux enfants d’explorer le jardin ou la cour à la recherche de petites bêtes, armés de loupes et d’un carnet à croquis.
S’en suit une discussion sur les caractéristiques des insectes qu’ils ont trouvés et sur leur utilité au jardin. Enfin, dans la version collective, nous aménageons tous ensemble un grand hôtel à insectes, l’occasion aux enfants de se mettre au bricolage, secondés par un adulte !

Hotel à insectes Gout Nature La RéunionPour la reproduction des insectes auxiliaires

Si La Réunion ne comporte pas d’hiver rigoureux durant lequel les insectes ont besoin de s’abriter, ceux-ci ont tout de même besoin de créer des nids pour se reproduire, ce qui est possible dans l’hôtel à insectes, aménagé pour différents types d’insectes visés : chrysopes, xylocopes (= mouche charbon), abeilles solitaires, syrphes, coccinelles…

Aidons les abeilles !

Dans la version individuelle, proposée pour les Bons Plans Vacances à Saint-Denis, les enfants vont créer et ramener chez eux un nichoir à abeilles solitaires, version simplifiée du modèle présenté dans cette vidéo. Si vous êtes en Europe, vous pouvez commander, sinon, voici un tutoriel pour en fabriquer un et attendre que les abeilles viennent d’elles-mêmes.

Actuellement, les abeilles domestiques sont en grandes difficultés, du fait de l’usage des insecticides, des pulvérisations contre la dengue et du virus du varroa.
Pour une bonne pollinisation dans votre jardin, vous pouvez mettre en place une ruche, ou plus simplement inviter ces abeilles inoffensives et indépendantes !

Que vous ayez un balcon ou un grand jardin, il est intéressant d’aménager des havres de biodiversité pour accueillir les pollinisateurs et auxiliaires de vos plantes.