Plastique : polluant ou précieux ?

En juin, j’ai participé à l’inauguration des machines Precious Plastic de l’association Cyberun. C’était de longue haleine : voilà déjà plusieurs années que j’anime et forme en collaboration avec cette association. Ils peuvent enfin déployer leurs machines de fabrication, pour la sensibilisation de la population autour du plastique.

Une ressource précieuse

Cyberun est une association fondée en 2011 sur le numérique, mais ont également axés leurs activités autour de la fabrication numérique et recyclage du plastique. Ainsi, ils ont développé un FabLab dans les hauts de la Saline autour du plastique. Il s’inscrit dans le projet mondial Precious Plastic, projet open source né en Hollande, pour recycler du plastique en low-tech, pour un particulier.

L’idée était donc de sensibiliser au recyclage, à la réduction des déchets et à l’économie circulaire avec ce FabLab. Pour une utilisation publique, l’association a dû mettre au normes les machines fabriquées en Inde. Cela a pris du temps, mais les plans seront repartagés en ligne sur la communauté Precious Plastic. Les salariés et prestataires de l’association vont aussi accompagner des porteurs de projets pour faire d’autres machines. Ils ont également l’idée de créer un chantier d’insertion Fabrication numérique et économie circulaire, pour créer des objets de façon durable.

Concrètement, le plastique est trié par matière (voir pdf plus bas) et par couleur est broyé pour ensuite être refondu. HDPE et LDPE sont les plus utilisés car les émanations lors du chauffage ne sont pas toxiques. PET et PP peuvent aussi être fondus. D’ailleurs nous avons appris que Bourbon Plastique le faisait ou fait pour faire localement des sacs. Le plastique ainsi obtenu peut être moulé, enroulé ou servir de fil pour impression 3D.

Dorénavant, Cyberun va affiner l’utilisation des machines et poursuivre la sensibilisation dans les écoles et à Barrage, pour valoriser les déchets en général et réparer ou revaloriser. En aucun cas, ils ne font l’apologie du plastique, mais proposent plutôt des solutions pour réduire ce fléau.

Une pollution considérable

Il y a bien longtemps, je vous parlais ici et en radio d’un continent de plastique. Depuis, on sait qu’il y en a plusieurs, de continents. Pour autant, les pouvoirs publics et la société ont peu agi contre cela. Un peu, quand même. Aujourd’hui 1er juillet 2021, les couverts jetables non compostables sont définitivement interdits en France ! Je vous conseille de garder précieusement un p****n de couteau en plastique cassé au premier usage pour le montrer à vos petits-enfants, tel un objet si incongru.

Hélas, parfois je me dis que ce même petit-enfant pourra trouver dans les sols la couche pédo-géologique Corona2020, un amoncellement de masques en plastiques non décomposés, accumulés sur seulement quelques années mais tellement visibles, polluants, néfastes !

La frise du plastique

Le rapport au temps est un ressort que j’utilise souvent dans les animations sur les déchets plastiques. En effet, il est intéressant (ou plutôt désolant) d’imaginer votre barquette polystyrène en 2222, alors que vous ne serez que poussière. Cette animation aide à prendre conscience de l’énormité de la pollution plastique du fait de sa rémanence dans la nature, notamment dans les sols et les océans.

Pour les plus grands ensuite, on peut parler également de l’effet perturbateur endocrinien de certains plastiques, notamment cette même barquette de riz cantonnais que vous avez fait réchauffer, c’est peut-être ça, votre cancer que vous avez déclaré en novembre 2037, non ? On apprend donc à repérer le type de plastique (signe ou numéro dans un triangle) et on connaît sa durabilité, sa dangerosité et s’il est recyclable ou non… Je vous partage le visuel de Cyberun, car ce sont des infos plutôt rares…

Mise en perspective nécessaire

Même si un diagnostic est nécessaire, il est primordial de ne pas laisser le public avec un constat déprimant, mais bien mieux avec des actions et alternatives positives. Nous pouvons donc revaloriser du plastique, identifier des alternatives ou encore en fabriquer !

Laisser un commentaire