Déconnectés du monde, connectés à soi et à la nature

Bonjour,

Je vais essayer de ne pas vous dire ce que vous devriez faire ou ne pas faire pendant ce confinement. Je vous partage donc simplement mes envies.

Du plus profond de mon confinement, j’essaie de me déconnecter des nouvelles, des réseaux sociaux, pour me connecter à moi et à la nature.

Se déconnecter (un peu)

C’est assez bizarre d’écrire cela dans un article de blog, mais je vais tester le minimalisme digital, ou la détox digitale. Comme par magie (elle arrive souvent quand on y est attentif), je viens de lire dans Se changer, changer le monde trois conseils de Christophe André pour être présents à nos vies :

  1. La détox digitale
  2. Manger en pleine conscience
  3. Cultiver la gratitude, la générosité

Pour la détox digitale, il n’est pas intransigeant, et moi non plus, je ne le serai pas. Il donne trois propositions :

  • « faire en sorte que notre premier geste de la journée ne soit pas d’allumer notre ordinateur et de consulter nos mails ou notre mur Facebook, mais de nous asseoir, de respirer, de méditer (voir plus bas pour des liens).
  • prendre la décision, plusieurs fois par jour , de ne pas répondre au téléphone ou à nos mails et de simplement nous concentrer sur ce que nous sommes en train de faire au travail, avec nos proches.
  • Alors, avant de vouloir changer le monde, avant même de vouloir nous changer nous-mêmes, nous ferions peut-être mieux de commencer par revenir à notre intériorité, à observer ce qui s’y passe, à choisir de nous en occuper et, à partir de là, de reprendre le cours de nos existences en étant conscients et attentifs des choix que nous avons à faire.

C’est là que les changements commencent. En prenant seuls la décision de se rendre davantage présents à notre vie, nous nous rendons également plus présents pour nos proches, et c’est extrêmement contagieux. »

Se connecter à soi

Se connecter à soi, c’est déjà choisir ce que l’on veut faire, ou pas !
Nous sommes dans une bulle sans délais, sans deadlines, sans horaires. Souhaitez-vous en fixer, notamment pour manger, travailler, aller courir ? Ou cultivez-vous une douce flemme, loin du regard des autres ?

Avez-vous envie de travailler, de créer, de vous occuper des autres ?
Avez-vous des enfants à « éduquer« , à occuper ? Peut-être est-ce le moment de leur transmettre des rudiments de cuisine, puisqu’ils sont là, toujours dans vos pattes !!

Les Deschiens vous rappellent que « l’enfant aime le sucre ».

Sinon, faites un bond dans le passé avec Raymond Oliver et apprenez à faire des crêpes qui calmeront vraiment « vos gamins » !!

Bien plus sérieusement, mais toujours sans injonctions, je vous partage ici un programme de méditations et de sophrologie, gratuites, à faire seul, en couple, ou en famille. J’essayerai de vous mettre les liens des replay, pour que vous puissiez y revenir quand vous voudrez (je reconnais que je l’écris pour moi aussi !).

Vous pouvez vous inscrire pour les faire en live sur la page du programme, ou les retrouver en replay sur la chaîne Youtube.

Se connecter à la nature

J’ai pu remarquer depuis dix jours l’influence douce de la nature sur mes émotions, alors que les informations ou les injonctions ne me sont pas très bénéfiques. La nature n’est jamais très loin, et on a le temps de s’ouvrir à cela en ce moment.

Avez-vous la chance d’avoir un jardin, ou de pouvoir en créer un ?
C’est la bonne saison !

Je peux essayer de vous accompagner là-dedans. Par exemple en « Service après plantation (SAP) », pour diagnostiquer des maladies ou carences. A ce sujet, je vous conseille les groupes Facebook de jardiniers (Potager bio 974 et ZotPotager pour La Réunion) qui sont, du fait de l’intelligence collective (mais bien sûr qu’elle existe encore !), la façon la plus efficace et rapide pour identifier une plante, une maladie, un producteur, etc…

Je peux aussi écrire de temps en temps pour vous partager mes réussites et mes échecs, mes plantations du moment. Je vous laisse m’indiquer de quoi auriez-vous besoin en commentaires.

Prenez-soin de vous, de vos émotions, de vos proches et de la nature !

7 réflexions sur « Déconnectés du monde, connectés à soi et à la nature »

  1. Hello Lucile!
    Effectivement j’ai très envie de profiter du moment pour créer un petit jardin pour mon bout de chou 😉

    Par contre… pas de contenants, pas de terre, pas de plants… 🥴 mais un jardin, et une petite pelle!

    Des idées ? Ps: j’aimerais planter des trucs qui se mangent, qu’il pourrait arroser facilement

    Perrine

    1. Pas de terre… J’imagine que la terre de ton jardin gazonné n’est pas la terre la plus fertile et grumeleuse qui soit. En métropole, je te dirais de guetter les taupinières. A La Réunion, tu as peut-être dans ton rayon d’un km un chantier de terrassement avec de la terre végétale (pas du remblais, une terre jolie et foncée) ?
      La priorité, c’est de choyer ton compost : l’arroser, le retourner, l’aérer, équilibrer le vert (azoté) avec le marron (carboné). Tu peux aussi tester une création de sol avec du marc de café et des éléments poreux (là, j’avoue j’ai jamais fait !)

    2. Pas de plants… Je te liste ce qui marche pour moi.
      – Planter les tubercules, racines et bulbes germés (patates, gingembre, oignon…)
      – Faire germer les avocats, pointe vers le haut, fesses dans l’eau, pendant un mois au moins.
      – Faire raciner les couronnes d’ananas : avant de le découper, tourne la couronne pour la détacher. Enlève des feuilles pour créer des cicatrices qui racineront. Mets la couronne fesses dans l’eau, à la lumière et dans un verre transparent pour admirer la magie, en plusieurs semaines.
      – Semer les graines que tu manges ou de tes fruits. J’ai arrêté les dattes, c’est vraiment trop long. Mais le reste est à tenter, en gardant en tête la règle d’or : une graine germe à l’obscurité, sous une épaisseur de terre (ou terreau) égale à 2 ou 3 fois sa taille. Comme toute règle, elle a des exceptions…
      – Bouturer, marcotter des plantes que tu as déjà. J’ai testé le frangipanier (dégorgé de son latex) dans le pot à réserve d’eau : c’est lent mais très efficace (http://goutnature.re/2018/12/pepiniere-autonome/).

      Au plaisir de lire tes retours et d’un jour publier un article (ou un livre?!) « le jardin de celle qui n’avait qu’une petite pelle ». MDR

Laisser un commentaire