Les arbres et le temps

Meilleurs vœux à tous ! Je vous souhaite une belle année 2023 pleine d’émerveillement, de découverte et de culture(s).

Ici à La Possession, nous sommes plutôt chanceux : les pluies ont commencé vers Noël et sont plutôt régulières. Une aubaine pour mes petits arbres en pot qui trépignaient depuis des mois pour gagner la pleine terre ! J’ai donc commencé l’année en plantant un cocotier, un cacaoyer et quelques arbustes fruitiers (cerise du Brésil et groseille de Ceylan).

En chemin vers une forêt comestible

Je le fais dans ma copropriété, sur un petit verger de 540m², sur lequel il y a déjà les espèces fruitières suivantes :

  1. longani
  2. mangues
  3. grenade
  4. goyave
  5. zatte
  6. cœur de bœuf
  7. papaye
  8. avocat
  9. moringa
  10. moringa baobab
  11. bananier
  12. prune malgache
  13. carambole
  14. pistache arbuste
  15. jamblon
  16. citron galet
  17. orangine
  18. coco
  19. cacao
  20. groseille de Ceylan
  21. cerise du Brésil
  22. cerise à côtes
  23. jacquier
  24. fruit de la passion
  25. ananas

Si je liste cela ici, c’est pour démontrer qu’on n’a pas besoin d’un hectare pour produire et être diversifié ! En plus de ces essences, il y a également des endémiques, des aromatiques et des ornementales. Mon idéal serait un verger dans lequel je pourrais chaque jour cueillir mon fruit du matin. C’est en théorie possible sous les tropiques, mais il faut que j’investisse dans des agrumes adaptés aux bas.

fruits saisons La Réunion

Aujourd’hui, j’ai eu la chance d’y accueillir Claire, amie de Lénaïc, qui m’a conseillé par rapport à mon projet de forêt comestible. Je me rends compte que j’ai peu de temps pour faire un potager productif et que j’ai un réel plaisir à planter des arbres… pour les petits voisins, dans les décennies à venir.

Les arbres et le temps

Par ailleurs, cela fait réellement écho à l’introduction par Francis Hallé du nouveau MOOC Arbres sur la plateforme FUN. Il commence par l’arbre et le temps et je suis sidérée d’apprendre que quelques arbres ont plusieurs dizaines de milliers d’années (83 000 ans pour le plus vieux !). Pour moi la dimension temporelle d’un arbre est double : je le plante pour les générations futures, c’est un temps long… et en même le rapport temps consacré par rapport aux calories fournies est excellent en comparaison des espèces potagères !

Ayant actuellement peu de temps, je suis heureuse de consacrer du temps à plantation d’arbres (et d’espèces lontan), et de pouvoir suivre ce cours avec le vénérable Francis Hallé.

Alors, et vous, c’est quoi votre rapport au temps, actuellement ?

2 réflexions sur « Les arbres et le temps »

Laisser un commentaire