10 attentions pour aider quelqu’un atteint de la dengue

A chacun son épidémie, hein ! Je fais le pari que 3/4 des points vaudront pour beaucoup d’autres maux, et qu’ici c’est hélas bien utile actuellement !

J’en ai eu l’idée lorsqu’une amie médecin de métropole m’a demandé si je travaillais en ayant la dengue…

Non, je ne travaille pas… je ne suis pas capable de monter à l’étage seule ni de presser un citron.

J’avais lu sur le Facebook d’une amie récemment accouchée une infographie pour rendre visite à une jeune maman. Ça m’avait beaucoup plu, parce que si on n’a pas été dans ce cas-là (ou il y a très longtemps), on peut avoir l’impression de ne pas savoir comment aider… alors que de toutes petites choses peuvent être de grands soutiens.

  1. l’appeler en lui demandant ce qui lui ferait plaisir (de manger, de boire, d’écouter…).
  2. lui ramener de la nourriture en petites portions et avec très très peu de sel (rapport à la dysgueusie). J’ai pensé « eurêka! des petits pots de bébé ! » mais il y a un risque que la personne ne puisse pas l’ouvrir (oui, vraiment). Il faudrait donc les préouvrir ou trouver un autre contenant ? Des fruits sont aussi très bien, ainsi que des légumes mais sans aucune préparation : je m’étais fatiguée de mâcher une demi-carotte… Si c’est à réchauffer pour plus tard, disposez un tabouret dans la cuisine, c’est salvateur.
  3. quand vous arrivez, proposez-lui de laver ses draps et ses pyjamas (les plus amples et les plus doux, rapport au prurit), en cycle court (voir point suivant) et sans parfum (rapport à l’hypersomnie).
  4. pendant ce temps… car, non, ne rêvez pas, la personne ne pourra pas toujours étendre ce linge dans le délai imparti par l’hygiène, la bienséance et surtout son odorat trop développé.
  5. prenez de ses nouvelles, en écoute empathique (sans conseils, ni « ça va passer », ou « pour moi c’était comme ça »), juste… écoutez.
  6. faites et ranger la vaisselle, car quand on a la dengue, on ne sait que où sont les verres propres, pas les sales (bon, c’est mon témoignage, hein !).
  7. ou alors un peu de ménage : le linge, le courrier ou juste les bouteilles d’eau ou boites de paracétamol.
  8. arrosez les plantes et nourrissez le chat, ou l’inverse si nécessaire.
  9. préparez-lui un litre de tisane (galabert, verveine, cannelle par exemple) ou une eau aromatisée, mais avec très peu d’acide ou de piquant (rapport à la dysgueusie).
  10. massez-lui les pieds (ou ailleurs, comme elle voudra !) avec une huile végétale et quelques gouttes de ravintsara, niaouli et menthe par exemple. Voici un merveilleux documentaire de pourquoi toucher les gens, notamment en souffrance.

Cette liste est partageable sans utilisation commerciale (CC-NC, car c’est fou l’argent qu’on se fait sur la maladie, déjà bien assez, merci !) et si vous avez à cœur de la rendre jolie, merci d’avance !
Pour ceux qui habitent très loin, je pense que les massages à domicile (conseillés pour le Mois d’Or) ou simplement une livraison d’un repas pourraient le faire… mais vous avez compris, j’aime le toucher !! En dernier recours, il y a cela, mais ça coûte tout de même 2000$ !! 😉

Comment (oser) tailler ses arbres ?

Je suis heureuse de vous partager mes apprentissages d’une formation sur la taille des arbres par Michaël Scheer de Runziliens. Bien sûr, rien ne remplace la pratique encadrée et l’expérience, mais voici quelques rudiments.

Continuer la lecture de « Comment (oser) tailler ses arbres ? »

Au potager, favorisons l’entraide !

Lors de mes ateliers Jardinage au naturel, j’ai toujours des questions sur les ravageurs et comment y faire face. Je peux répondre avec des recettes et astuces. Mais avant, il est bon de rappeler que les plantes font preuve d’entraide.

L’entraide, l’autre loi de la jungle

Si vous pensez encore que la loi de la jungle, c’est la compétition et chacun pour sa gueule/pomme, vous n’avez pas regardé récemment de documentaire sur les forêts ou une interview de Pablo <3 Servigne.

On a notamment démontré que les arbres (à travers le réseau racinaire et mycélien) peuvent aider et nourrir un arbre malade, mais aussi s’avertir de l’arrivée d’un prédateur pour se défendre collectivement.

Bref, il semblerait que le discours compétitif dont on nous a biberonné n’est pas réellement scientifique mais plutôt culturel ou politique…

Les associations bénéfiques dans le potager

Continuer la lecture de « Au potager, favorisons l’entraide ! »

Comment jardiner en plein été ?

Je parle bien sûr de l’été austral réunionnais.

Il pleut, il fait très chaud, la pression des ravageurs est à son maximum dans le potager… Voici néanmoins ce que vous pouvez y faire.
C’est le bon moment pour planter des arbres, qu’ils prennent le temps de développer un bon système racinaire avant la saison sèche !
Et en mars (avril), M. Potier vous conseille de tailler vos arbres… Prenez (je vous en conjure) le temps de lire avant cela quelques conseils ici : pas de taille qui supprime plus d’un tiers du feuillage, pas de porte-manteau : on taille (et on bouture aussi) proche du nœud, qui permet la cicatrisation chez les plantes. Et découvrez mes conseils dans l’article suivant.

Voici qui termine le cycle d’articles concernant ce calendrier local, que vous retrouverez dans la section Guides.
N’hésitez pas à me faire des retours, ajouts… puisque d’autres plantes sont cultivées, depuis sa parution en 1914 !

Nouvelle monnaie pour un nouveau monde !

Ce titre fait penser à une mauvaise émission sur M6, mais pourtant c’est pas quelque chose qui sera présenté sur un média mainstream : la Ğ1.

Prononcée June, c’est une monnaie libre créée par des geeks français, sur la base de théorie relative de la monnaie. Elle fonctionne comme un S.E.L. : système d’échange local et permet d’échanger des biens ou des services, mais à travers le monde, sur une base numérique décentralisée (block chain).

C’est le Jour 1, celui qu’on retient

Aujourd’hui, c’est la rentrée scolaire, mais c’est également ma première prestation facturée en Ğ1 ! J’ai animé un atelier bouturage, que j’avais proposé sur Gchange, « le bon coin » des junistes. Et je vais donc pouvoir me payer un cours de Yoga avec Laurane, qui propose de payer en Ğ1. J’avais déjà eu ma première transaction en novembre en troquant des plantes. Et si vous me cherchez ou si vous voulez m’envoyer des Ğ1 (en échange de ce blog par exemple), c’est ici !

Vous avez un incroyable talent

Ça vous intéresse ? Bien souvent, pour troquer ou s’inscrire à un S.E.L, on est confronté⋅e⋅s au syndrome de l’imposteur : moi, je ne peux rien faire payer, je ne sais rien faire ?! Ben si, bien sûr :

  • un transfert aéroport
  • une heure de baby-sitting
  • un cours d’anglais ou de créole
  • une initiation à la lactofermentation
  • le prêt de votre barbecue ou de votre perçeuse
  • etc.

Revenu universel

La june est bien différente du Bitcoin et autres cryptomonnaies, car elle est construite de manière à ne pas pouvoir être accumulée : si vous ne la faites pas circuler, elle perd de sa valeur. Cette valeur est augmentée tous les 6 mois, pour compenser l’avantage des vieux utilisateurs sur les nouveaux inscrits. Car oui, il pourrait y avoir un avantage, car une fois que vous êtes membre certifié (5 personnes vous ont vu en vrai et vous ont acheté ou vendu quelque chose), vous percevez un Dividende Universel DU (10,23 Ğ1 actuellement). Du coup c’est différent d’une monnaie locale, car par construction elle vise à une inflation, plus elle sera âgée (bientôt 4 ans) et partagée. Ici on ne fait pas tourner la planche à billets, on co-produit de la june, avec nos p’tites mains, nos jardins, nos biens…

Elle est sans doute complémentaire des monnaies locales, dont ici Monnaie Péi en construction. Je pourrai sans doute vous en reparler : pour l’instant je suis très novice, mais je peux déjà vous proposer quelques services sur Gchange !!

Meilleurs vœux chers jardiniers !

Voici les conseils de M. Potier pour les travaux en ce début d’année.

Calendrier de culture La Réunion Janvier

Vous retrouverez toutes les autres pages mensuelles à la rubrique Calendrier.

Parés ? Réparez !

L’année dernière, je vous avais partagé une idée de cadeau écolo, zéro déchet. Cette année, rebelote, je vous en parle maintenant, pour vous éviter la panique du samedi après-midi de décembre…

C’est plus personnel cette fois, puisque j’y a mis la main à la pâte… À vous de mettre la main à poche 😉 !

Cette idée de jeu collaboratif m’intéresse doublement : j’aime beaucoup les jeux où tous les joueurs coopèrent plutôt que sont en compétition. Vous connaissez peut-être : Pandémie, Galérapagos, Hanabi, etc…

Et aussi car je suis secrétaire de l’association Ekopratik, qui organise notamment les Réparalis !

Ce beau projet est l’occasion d’expérimenter la démarche agile, la sociocratie (élection sans candidat, gestion par consentement…) et de tester une fabrication totalement locale. Les cartes Ressources sont imprimées sur des surplus de cartons, la pochette est faite en bâches récupérées, nous allons tenter une découpe laser dans un fablab !

Ça vous intéresse ? Alors soutenez-nous sur la plateforme de financement participatif PocPoc, et faites tourner l’info !

Ce jeu collaboratif s’adresse aux plus de 10 ou 12 ans, notamment aux grands enfants, d’ici ou d’ailleurs. Nous livrons en métropole, ou vendons le jeu en version numérique à-monter-soi-même (mais c’est moins pénible qu’un lit de fakir Ikea, promis !).

Les personnes qui ont fait avancer Paré Réparé, premier jeu collaboratif de La Réunion
Merci d’avance !!

Actions au jardin en fin d’année

La saison sèche est peut-être encore longue, peut-être derrière nous… On se dépêche de semer dans les Bas les cultures qui n’aiment pas trop la chaleur (radis, carottes). C’est aussi le bon moment pour semer le bissap ou karkadé, qui a une photopériode adaptée aux jours longs. Toutes les infos sur le bissap en vidéo avec Shani.

Calendrier de culture La Réunion Octobre Novembre Décembre
Époque des semis et des travaux de jardinage dans les différentes parties de l’île par M. Potier, directeur du jardin colonial. Extrait d’un livre de Joseph Orne, 1914.

Permaculture et agroforesterie tropicales

Comme promis, je vous cause un peu plus de permaculture ici, deux mois après ma formation en conception en permaculture (PDC).

Chers métropolitains, je le sais, on vous rebat les oreilles avec la Ferme du Bec Hélouin, de la butte de culture, des fruitiers à 1000m d’altitude en Autriche et de la spirale aromatique.

Bon, tant mieux que la permaculture soit médiatisée, mais moi, j’avais soif d’applications tropicales ! A PermaKiltir Réunion, où je me suis formée, je savais que j’allais trouver des réponses adaptées, puisqu’ils sont également à La Possession (donc en grosse galère d’eau) et parce que les connaissances de Rémy Malet viennent d’Australie et de La Réunion, et pas de Métropole !

Aujourd’hui, je voudrais aborder mon inspiration du moment.

L’agroforesterie tropicale

L’agroforesterie est un système qu’on pourrait dater d’avant l’agriculture. Du moins l’agriculture de plein champ généralisée en Europe. L’agroforesterie tropicale, c’est le biomimétisme de la forêt tropicale, qu’elle soit humide ou semi-sèche. Il s’agit d’observer comment se crée et fonctionne une forêt pour tenter ensuite de rapprocher au minimum sa ferme d’une forêt. Ou plutôt pour laisser pousser une forêt qui soit la plus nourricière possible.

Continuer la lecture de « Permaculture et agroforesterie tropicales »

Les sens masqués

Bon, voilà, cela prend une dimension politique tout cela. Ou du moins un positionnement est nécessaire. Le mien en tous cas.

https://i0.wp.com/img.lemde.fr/2019/03/26/0/0/580/200/600/0/75/0/db242f7_el90lqVe7e6DugmC7CXPjOR7.jpg?w=840&ssl=1

Mais comment en est-on arrivés là ? Je voudrais vous partager mon dernier semestre professionnel et la façon dont les mesures mises en place contre le Covid ont affecté, affectent et affecteront mon activité professionnelle, et notamment l’éducation sensorielle.

Continuer la lecture de « Les sens masqués »