10 articles de Top 10 !

Pour fêter le 100e article sur ce blog d’articles autour de l’écologie, du jardinage tropical et de l’alimentation, je vous rassemble ici les articles synthétiques, reprenant 10 points sur des thématiques phares, ou des Top 10 que j’ai pu écrire ou glaner.

Continuer la lecture de « 10 articles de Top 10 ! »

On a fait de la moutarde !

Début juillet, j’étais donc en Bourgogne, chez mon ami Lénaïc, pour construire une tiny house, manger du bambou, mais aussi tester des recettes de moutarde maison !

C’est pas forcément par peur du manque car il en restait dans les placards, mais plutôt pour expérimenter des recettes, avec des plantes locales ou importées. Et puis parce qu’on était en Bourgogne, patrie de la moutarde, voyons !

Fabrication de moutarde jaune et à l'alliaire - Recette maison
Nos productions !

Une recette ancestrale, fermentée

L’article que j’avais trouvé, sans élargir beaucoup mes recettes, détaille une recette de moutarde à l’ancienne, fermentée. On a quand même de sérieux doutes sur la réelle fermentation de cette recette, car on y ajoute dès le départ du vinaigre, ce qui porte le mélange à un pH trop acide pour une fermentation, d’après un micro-biologiste de l’INRAE. J’ai quand même posé la question à Marie-Claire Frédéric, la journaliste experte en lactofermentation, du livre et du blog Ni Cru Ni Cuit. D’après elle :

La fermentation démarre quand on fait tremper les graines de moutarde dans l’eau salée pendant quelques jours. Quant au vinaigre, ça dépend de la dose, mais il n’empêche pas les fermentations. Jusqu’à 1/4 de la préparation, il n’empêche rien du tout. 

En plus de nous laisser dubitatifs, de premier abord, cette recette était bien trop longue pour nous.

Une recette de base

Nous avons donc choisi une autre recette, du même site douteux, pour une moutarde express. Toutefois, ils proposent de cuire les graines de moutarde, ce qui a la mauvaise idée d’enlever le piquant… Dommage, hein ?

Je vous propose donc la nôtre, revue et corrigée suite à ces déboires.

Continuer la lecture de « On a fait de la moutarde ! »

10 fleurs comestibles locales

Pour la semaine du goût, pourquoi ne pas manger ces fleurs ?

Je reprends ici un article de Femme Magazine (du 17 septembre 2017) dans lequel Isabelle Hoarau, ethnobotaniste et spécialiste des jardins créoles, présente ses fleurs comestibles préférées à La Réunion.

Source : [Femme Magazine] Le « Top 10 » des fleurs comestibles | Clicanoo.re

Continuer la lecture de « 10 fleurs comestibles locales »

Recommandations alimentaires pour les Jeunes Enfants

Enfin ! Deux ans après le rapport de l’ANSES, Santé Publique France lance aujourd’hui sa campagne autour des Recommandations Nutritionnelles pour la Petite Enfance.

Continuer la lecture de « Recommandations alimentaires pour les Jeunes Enfants »

Se former sur l’Agriculture Urbaine

Bonne nouvelle : le MOOC Agricultures Urbaines, meilleur cours gratuit en ligne que j’aie fait à ce jour, est à nouveau ouvert !

Il démarre le 5 avril, mais vous pouvez vous inscrire plus tard et rattraper par la suite les semaines ! Néanmoins, ce ne sont pas de petits modules : le cours m’avait bien mobilisée l’année dernière en confinement. J’avais adoré voir plein d’exemples et plein d’acteurs de l’Agriculture Urbaine et compris qu’elle est réellement plurielle. En plus, vous pouvez choisir d’appliquer le cours à votre projet ou à une ferme urbaine existante.

valeurs agriculture urbaine
Je vous partage un schéma résumant les 8 valeurs potentielles d’un projet d’agriculture urbaine, pour analyse de type « toile d’araignée »

Bonnes découvertes !!

Toutes les informations sur la plateforme France Université Numérique (FUN).

La voie de la joie

Bonjour à tou⋅te⋅s et meilleurs vœux ! Que l’Univers vous apporte le meilleur pour vous et vous guide vers la meilleure version de vous-même !

En ce début d’année, via ce 80e (!) article, j’ai à cœur de préfigurer ici une nouvelle version de moi-même et peut-être de Goût Nature. Cet article fait suite à mon annonce de « jachère professionnelle » en août 2020.

5 mois de pause et de recul

Continuer la lecture de « La voie de la joie »

Permaculture et agroforesterie tropicales

Comme promis, je vous cause un peu plus de permaculture ici, deux mois après ma formation en conception en permaculture (PDC).

Chers métropolitains, je le sais, on vous rebat les oreilles avec la Ferme du Bec Hélouin, de la butte de culture, des fruitiers à 1000m d’altitude en Autriche et de la spirale aromatique.

Bon, tant mieux que la permaculture soit médiatisée, mais moi, j’avais soif d’applications tropicales ! A PermaKiltir Réunion, où je me suis formée, je savais que j’allais trouver des réponses adaptées, puisqu’ils sont également à La Possession (donc en grosse galère d’eau) et parce que les connaissances de Rémy Malet viennent d’Australie et de La Réunion, et pas de Métropole !

Aujourd’hui, je voudrais aborder mon inspiration du moment.

L’agroforesterie tropicale

L’agroforesterie est un système qu’on pourrait dater d’avant l’agriculture. Du moins l’agriculture de plein champ généralisée en Europe. L’agroforesterie tropicale, c’est le biomimétisme de la forêt tropicale, qu’elle soit humide ou semi-sèche. Il s’agit d’observer comment se crée et fonctionne une forêt pour tenter ensuite de rapprocher au minimum sa ferme d’une forêt. Ou plutôt pour laisser pousser une forêt qui soit la plus nourricière possible.

Continuer la lecture de « Permaculture et agroforesterie tropicales »

La permaculture selon Masanobu Fukuoka

Petit à petit, ayant laissé passer la mode, je lis à propos de permaculture et je m’y suis formée en juillet-août avec Permakiltir Réunion.

Si vous avez 12 jours, courrez-y ! Si vous êtes encore dans le labeur de l’ancien monde, avec de l’argent mais sans temps, je vais essayer de vous en parler dans les mois qui viennent.

Une définition

J’ai trouvé une jolie définition (sur cette vidéo) de la permaculture, enfin !

La permaculture est un aménagement consciencieux du paysage qui imite les modèles trouvés dans la nature pour produire en abondance des fibres, de la nourriture, de l’énergie, afin de combler les besoins locaux.

Avenir Permaculture (chaîne YouTube)
Continuer la lecture de « La permaculture selon Masanobu Fukuoka »

Le nouveau monde est créé quand on se rend compte qu’on n’en a qu’un.

Je sors de mon minimalisme digital. Parce qu’en période de confinement, on a beaucoup de temps pour penser et réfléchir. Et qu’une vidéo me paraît importante à partager – vous en ferez ce que vous voudrez !

Je sors aussi de ma ligne éditoriale de Goût Nature, pour y revenir après-demain, promis ! Mais comment rester sur la ligne, alors que le monde change, ou que les personnes s’interrogent sur le APRÈS et sur QUE FAIRE ?

Réfléchir sur l’effondrement, c’est se préparer

J’avais hésité plusieurs fois à faire un post sur la collapsosophie, c’est à dire la discipline scientifique et philosophie qui souhaite préparer un monde d’après crise.

Aujourd’hui, on y est. Et on est pris de court. Désolée de ma lâcheté.

Heureusement, des penseurs se sont activés depuis quelques années pour étudier les causes et conséquences d’un effondrement mais surtout imaginer un nouveau paradigme.

Continuer la lecture de « Le nouveau monde est créé quand on se rend compte qu’on n’en a qu’un. »

Manger c’est changer le monde 3 fois par jour

Face à l’inaction des politiques et à la toute puissance de l’économie, de la finance et du libre-échange, devons-nous nous avouer vaincus ? Ou nous retrousser les manches ?

Il ne s’agit pas ici de simplement faire la promotion d’un geste éco-citoyen plus ou moins engageant. A mon sens, c’est bien plus que ça : il s’agit surtout de prendre soin de nous, de notre région et de notre planète en mangeant de bonnes choses. Parce que je ne suis pas sûre que le CETA versera dans vos assiettes du bœuf aux hormones et farines, à condition que vous fassiez un tant soit peu attention à vos achats.

Face à cette démocratie morte, j’ai bien l’impression que notre pouvoir réside dans nos achats, et bien sûr nos non-achats. Mais cela ne va pas forcément de soi, malgré tous les labels (AB, Agriculture Raisonnée, Péi, Local…) et notations (Nutriscore, Yucca, etc.). Pour éclairer ce brouhaha écologique qui s’est rajouté au brouhaha nutritionnel, France Nature Environnement a publié un dossier et lance un défi dès le 1er septembre pour améliorer son alimentation (du moins l’impact écologique de celle-ci) en 10 semaines.
Vous me suivez dans ces 10 missions ?

Marché de Saint-Denis — Iconothèque de l’Océan Indien

Pas de compétition ni d’Instagram là-dedans, mais je commence à vraiment bien aimer les défis. Après vous avoir parlé de RiendeNeuf, j’ai eu la chance d’accompagner les 40 familles du Défi Zéro Déchet lancé sur le Territoire de la Côte Ouest. J’ai adoré ! Nous avons réellement diminué le poids des poubelles (jusqu’à 30% du poids moyen d’une poubelle), en montrant que cela n’est pas du sacrifice. Les familles ont pu apprendre et échanger pendant plusieurs mois et l’effet a été démultiplié par 5, via le bouche-à-oreilles qui a été fait !

A La Réunion, Cetanou a sorti les résultats de son enquête sur l’alimentation. Ok, c’est rempli de bonnes intentions et de mangeurs responsables, mais cela donne un petit baromètre des changements en cours ou souhaités !
Et pour une semaine responsable, locale et saine, relisez mes conseils pour un défi Alimentation Responsable sur une semaine…