10 plantes à fleurs pour attirer les papillons

Mon article sur l’hôtel à insectes n’est pas complet puisque j’ai omis au moins les Papillons. C’est que je souhaitais leur consacrer un plein article !

Article lui-même incomplet puisqu’il  concerne seulement les papillons de jour – ou Rhopalocères, si vous voulez briller en Garden Party – et quelques sphinx. De plus, j’ai sélectionné les espèces assez communes sur l’île.

Voici donc une liste de 10 plantes acclimatées à La Réunion qui sont prisées par les papillons (se nourrissant du nectar des fleurs) ou leurs chenilles (se nourrissant de leurs feuilles).

  1. Buddleia davidii ou arbre à papillons : c’est la référence pour les attirer en Europe mais il pousse mal à La Réunion, à réserver pour les Hauts !
  2. Duranta : cet arbuste de haies attire beaucoup de papillons et d’abeilles, à condition bien sûr de laisser s’épanouir les grappes de fleurs violettes parfumées (sent la vanille selon la littérature, mais pour moi cela sent la pâte à modeler Play-Doo…). Le sphinx tête-de-mort,inoffensif, y pond souvent ses œufs.
  3. Cuphea : petites fleurs mauves ou blanches qui ressemblent à la bruyère, se bouture très bien. Il fleurit toute l’année.
  4. Pentas : fleurs étoilées en ombelle, de nombreuses couleurs existent, se sème ou se bouture. Fleurit également toute l’année, visité par les papillons, aspirant le nectar avec leur trompe.
  5. Lantana camara (et L. montevidensis), ou Corbeille d’Or : la version ornementale du galabert. Fleurs groupées en ombelle de blanc à rouge vif, en passant par jaune et rose. Très résistante, elle est envahissante à La Réunion et comporte des épines. Se bouture bien et pousse en plein soleil.
  6. Asclepias et Gomphocarpus (ouate et ti-ouate) : ce sont les plantes hôtes des chenilles de Monarque (Danaus sp.), au même titre que d’autres Apocynacées. Se sèment bien, mais peuvent être totalement dévorées par les magnifiques chenilles ! Ces plantes sont toxiques : la chenille en s’en nourrissant d’elles se rend toxique pour toute sa vie de papillon.
  7. Barleria : petit arbuste à fleurs violettes ou jaunes en étoile, se bouture bien. Il accueille la chenille de Junionia rhadama, un beau papillon bleu aux ailes iridescentes, mais également très souvent des cochenilles.
  8. Stachytarpeta ou queue de rat : Petite plante présentant une inflorescence dressée, autour d’une queue de rat…  Les petites fleurs bleues ou rouges attirent l’adulte Junionia rhadama, aux ailes bleues iridescentes. Attention, cette plante est envahissante.
  9. Laurier rose : cet arbuste bien connu mais toxique nourrit le papillon endémique Euploea goudotti, ainsi qu’un sphinx qui lui est inféodé. Se bouture assez bien.
  10. Agrumes et Caloupilé appartiennent à la famille botanique des Rutacées, qui nourrissent les chenilles de Papilio phorbanta et Papilio demodocus… à condition qu’ils ne soient pas traités !

Toutefois certains papillons peuvent être de véritables plaies au jardin, comme les pyrales des crucifères ou les azurés du sagou…

Sources : Les Papillons de La Réunion et leurs chenilles, D. Martiré et J. Rochat, éditions Parthénope, 2008, 496 pages.
Mon jardin Tropical, A. Ternisien et F. Le Bellec, éditions Orphie, 2016,503 pages.

Un fruit miraculeux… pour les diabétiques !

Il s’appelle vraiment comme cela : le fruit miracle. Je l’ai découvert il y a un an sur le terrain agricole d’amis, à Saint-André. Et il est magique !

Il n’y a pas que moi qui le dis, les diététiciens du CHU Sud que j’ai formés cette semaine à l’éducation au goût sont bluffés et vantent le potentiel de ce fruit pour améliorer le plaisir alimentaire de leurs patients.

Le fruit miracle transforme l’acide en sucré

Ce fruit, Synsepalum dulcificum, a pour effet de supprimer les sensations de l’acidité et de l’amertume et de les remplacer par une perception sucrée.

Cette « illusion gustative » est activée par l’acidité de l’aliment, donc fonctionne très bien sur le citron, la tomate ou le yaourt. J’ai également testé sur la bière, le vinaigre ou encore la moutarde, mais l’application culinaire est moins intéressante !

Fruit miracle Synsepalum dulcificum

Il vous suffit de manger un fruit (moins d’un gramme frais) pour percevoir votre yaourt nature ou votre eau citronnée avec une saveur sucrée intense, mais sans les calories !

Vous comprenez maintenant pourquoi les diététiciens du service Diabétologie du CHU ont sauté au plafond !

Un arbuste qui ressemble au café

Synsepalum dulcificum est un petit arbre de la famille de Sapotacées, poussant en milieu tropical et originaire d’Afrique de l’Ouest.

D’après Wikipédia, sa croissance est lente, mais il peut atteindre 6 mètres. Ses petites fleurs blanches donnent naissance à de très nombreux fruits  longs de 2 à 3 cm, mûrs d’octobre à avril (voire plus tard pour le spécimen que je connais). Leur pulpe blanche et acidulée contient une seule graine1.

Synsepalum dulcificum seeds fruit

Pour les jardiniers réunionnais, sans vouloir faire du publicité (ou du moins sans toucher de commissions), vous trouverez de jeunes plants à Fermes et Jardins.

La miraculine fait de l’ombre à l’aspartame

La pulpe du fruit miracle contient une glycoprotéine nommée miraculine, qui recouvre les papilles gustatives, neutralisant l’acidité de tout autre aliment. Sa liaison aux bourgeons gustatifs de la langue est bien plus tenace que celle des édulcorants, d’où une permanence de l’effet pendant 30 à 60 minutes.

Pourquoi n’est elle pas plus connue ? Encore une triste histoire de lobby… Dans les années 70, un entrepreneur américain  a tenté de commercialiser la miraculine lyophilisée (Miralin©). Mais la FDA l’a bloqué, arguant que les tests de non toxicité n’étaient pas irréprochables, et a autorisé à la même période l’aspartame, cancérigène…

Vers une nouvelle mode ?

Au Japon, les médecins le prescrivent pour diminuer les effets indésirables de la chimiothérapie sur la gustation. Il est également utilisé par quelques chefs aux États-Unis !

Pas sûre qu’on en vende l’année prochaine sur les étals des marchés ou dans les pharmacies… Mais je compte faire déguster cette curiosité aux intéressés, qui ne manquent jamais de récupérer la graine pour la semer chez eux !

N’hésitez pas à me faire un retour si vous en connaissez des pieds !